Swimrun Côte vermeille : les Belettes se jettent à l’eau !

 

La préparation

 

Sortie de l’hiver, les Belettes s’ennuient et regardent ce qu’il a à faire de plus long et de plus dur en swimrun. Et l’ultra de la côte Vermeille est apparu comme une évidence à leurs yeux. Les Belettes en swimrun, comme en raid, ne sont pas là pour enfiler des perles. 

 

Premier objectif de la prépa remettre Marie, jeune maman, sur du long. Le trail des terrasses du haut lodévois avec ses 45km et ses 2300m D+ nous semble un bon objectif à 2 mois et demi de la course. On boucle ce parcours aussi technique que magnifique en 6h44 dont 5h57 de tchat non-stop le restant montrant que le parcours étant vraiment difficile. Ça fait plaisir de recourir ensemble. Et surtout voilà Marie rassurée et contente de la perf même si une petite fracture de fatigue sur le 2ème métatarse vient assombrir l’histoire. Ceci oblige Marie à s’arrêter de courir pendant 45 jours. Mais heureusement qu’en swimrun il n’y a pas que de la course à pied. Du coup, pendant un mois et demi Marie troque ses baskets contre son vélo et ses plaquettes.

 

Pendant ce temps-là, Sabrina elle avait autre chose en tête. Elle se remettait tranquillement de sa fracture du coude, en novembre dernier, avec comme gros objectif une manche de coupe du monde de raid Aventure en Afrique du Sud (Note de Marie : "Sabrina est quand même partie la veille du trail se faire 50km de VTT en chutant sur un muret, ce qui ne l’a pas empêché de mener l’allure et de m’avoir boosté tout au long du trail … j’ai retrouvé mon fidèle petit potiock !!").

 

Pour le reste de la préparation, notamment la partie natation, elle se fera chacune de son côté dans nos clubs de triathlon respectifs. En effet, les années de water-polo et de raid multisports font de nous une équipe qui se connait très bien et prête à relever tous les défis dans la joie et la bonne humeur. Ce qui est un point clé en Swimrun comme dans tout sport co.  

 

A son retour de la manche des championnats du monde de raid Aventure en Afrique du Sud, Sabrina avait pour seul objectif de se reposer… Ce qui n’est pas non plus chose facile. Mais c’est une golden belette qui n’a pas peur du froid et de l’objectif final qui nous attend.

 

Bref au fur et à mesure, nous voila veille de course. Marie de retour de déplacement à l’étranger et Sabrina en train de travailler. Nous nous donnons rdv la veille de course sur la belle plage du Racou pour établir le campement. Nos super potes de la « Pops team » nous retrouvent et nous pouvons commencer à nous organiser pour la course…il est 21h…

 

Avant ça, Marie arrivée plus tôt prend part au briefing, le parcours a l’air magnifique, les organisateurs au top, la question que tout le monde se pose : combi ou pas combi ?

Finalement on tranchera pour la combi au vu de la température de l’eau, du vent et de la longueur de la course (les dernières natations risquent d’être fraîches). Sabrina se retrouvera à découper les manches de sa combi à la frontale… On est bien !

 

La course

 

4h30, réveil, marie va comme à son habitude faire ses 10min à jeun matinale, Sabrina elle, fait chauffer l’eau pour le thé. Le silence règne, on se plonge déjà dans la course. Combi ok, plaquette ok, élastique ok, ravito ok, puce ok. Go girls !

 

5h30 départ de la navette, on en profite pour prolonger le sommeil et admirer le magnifique levé de soleil méditerranéen.

 

6h30 départ, on est bien, du coup on garde une bonne allure sur cette grosse portion de course à pied, Sabrina donne le rythme on a chaud mais ça passe, vivement la première natation !

 

C’est chose faite, de magnifique section de nat, dans une mer plutôt agitée mais cela ne pose pas de problème, il faut cependant jouer avec les tensions de l’élastique, véritable ligne de vie qui va nous relier durant toute la course (Note de Marie, j’aperçois même Sabrina en train de faire du bodysurfing sur l’arrivée à Port Vendres, inépuisable petit potiock !).

 

On court, on nage, on enlève le haut de la combi, on le remet… on perd beaucoup de temps dans les transitions car Marie a une combi manche longue, les bras sont plus long à remettre. Les ravitos arrivent toujours au bon moment et sont d’une rare qualité, fruits, salé, sucré… hormis notre flasque, nous aurions pu partir sans aucune barre ou pâte de fruit.

 

Nous avançons correctement mais à 5 km de la Madeloc, Marie commence à sentir son pied et oblige la team à ralentir le rythme. En Natation, la qualité des trajectoires de Sabrina ne nous fait perdre aucun temps même si régulièrement nous nous faisons doubler sur des portions par des nageurs plus puissant.

 

Nous arrivons au moment le plus chaud de la journée au début de la Madeloc, Marie boîte mais en montée c’est supportable, impossible d’abandonner. On grimpe bon rythme, on s’asperge, on s’hydrate on récupère la bouteille mise à dispo par l’organisation au ravito avant la montée, bien vu l’orga !

 

On grimpe fort on rattrape pas mal d’équipes dans la longue sur la montée, on nous encourage tout le temps, spectateurs et concurrents, ça boost terriblement. Un rapide coup d’œil sur les paysages alentours pour se rendre compte de la beauté de l’endroit et de la chance que nous avons de réaliser une telle course.

 

Finalement on arrive en haut de la Madeloc et plutôt en forme, un petit arrêt au stand ravito, un rapide coup d’œil autour de nous, le bleu de la mer, les vignes, les criques au loin, une terrible envie de sauter dans l’eau nous envahi…On commence la descente et là on sait que cela va être long.

 

On retrouve nos potes de la Pop’s team avant la descente l’un d’entre eux a eu un coup de chaud, mince, on s’arrête pour voir si tout va bien, c’est ok, on repart pensant qu’on allait les retrouver après la ligne d’arrivée.

 

Le début de la descente est plutôt roulant, pas de problème. Marie commence à ressentir la fatigue, une première chute, une deuxième, des concurrents adorables qui l’aident à se relever, le pied qui commence sérieusement à faire mal. Elle arrive en bas de la Madeloc en boitant… Il reste 7km à pied…En natation, elle commence à avoir froid, mais on continue.

 

Collioure, des spectateurs partout, on nous encourage dans tous les sens…une ambiance superbe. Avant dernière section de nat, on entend au loin crier nos noms, nos potes de la Pop’s team ! Marie ne peut quasi plus courir, interdiction d’abandonner, même en marchant ! La Pop’s team nous retrouve, ils décident de terminer avec nous, ils encouragent Marie, la soutiennent, on va terminer !

 

Dernière mini natation, on découvre le tapis bleu de l’arrivée !! Quelle joie de terminer tous les 4, quelle joie de terminer simplement !

 

swimrun cote vermeille

copyright : swimrun côte vermeille

 

11h d’effort, 11ème équipe au scratch, 1ère équipe fille, un parcours juste magnifique, des grosses conditions dans l’eau mais qui rajoutent du piment ! Du dénivelé, des singles superbes en course à pied. Bref une épreuve magnifique !

 

Merci à tous ceux qui nous ont suivi, encouragé, merci aux bénévoles, à l’organisation, certainement pas la dernière fois que les belettes se présenteront sur cette épreuve !

 

Prochaine objectif Engadin, manche de l’Otillo dans 15 jours… ou comment aller se frotter aux meilleures équipes internationales !

 

 



Endorphinmag

Sabrina Maurette, Juillet 2018.


Endorphinmag : Facebook Feed

Newsletter Endorphinmag
COTE VERMEILLE
SWIMRUN
SWIMRUN NATIONAL TOUR
OTILLO
RAID MULTISPORTS