Saharienne 2018... le compte rendu du team EndorphinMag.fr ! !

 

Voilà EndorphinMag embarqué dans une drôle d'aventure : combiner reportage Live et course pour une semaine endiablée sur le Raid La Saharienne !

 

C'est sous le numéro 17 que nous participerons à cette 4ème édition qui a élu domicile en Afrique du Sud et plus précisément dans le parc naturel du Cederberg, situé à environ 3h au Nord de Cape Town.

 

Un terrain de jeu accidenté, tantôt désertique, tantôt sableux attend les 86 sahariennes (43 équipes) qui se délectent déjà du programme des 5 jours de course :


- 21 km de trail 750D+/700D-
- Multisport : Aquacross (run&canyoning) / Tir à l'arc / Lancer de hâche / 6 km de canoë nocturne
- 30 km de VTT 600D+/-
- 10 km de swimrun
- 8 km de trail dans les dunes

 

Des beaux morceaux dans des lieux atypiques et exceptionnels, retour en détails sur ce très beau raid by Ultimate Sport Organisation.

 

Arrivée et vie au camp :

 

Transfert de l'aéroport pour rejoindre le campement au beau milieu du Cederberg. Une nuée de tentes nous accueille et chaque équipe rejoint « ses appartements » pour s'installer avant d'attaquer la première soirée et surtout le premier briefing !

Tout au long de la semaine, l'équipe EndorphinMag.fr a joué les reporters inside sur le parcours, s'arrêtant ça et là pour recueillir impressions et ressentis des raideuses en course.

 

JOUR 1 : Trail 21km 750D+/700D-

 

Quelle entame ce trail de la Croix de Malte, dans un paysage à couper le souffle au beau milieu du parc national du Cederberg.

Profil montant dès le début, la totalité du dénivelé positif a été digéré sur le premier tiers de course où il a parfois fallu poser les mains pour trouver la trace entre les rochers. Un faux plat sur un terrain mi-cailloux mi-sable pour commencer, suivi d'une franche ascension rocheuse pour atteindre le sommet et son vrai plat libérateur avant d'attaquer la longue descente jusqu'à la ligne d'arrivée. Le décor est magnifique, on lève les yeux de temps à autres, on ne se lasse pas du paysage. Le tracé concocté par le directeur de course, Jean-Marc Baldinger va ravir toutes les sahariennes... ça démarre fort !

Départ dans le groupe de tête pour nous mais ça ne dure pas car la course à pied, c'est pas notre dada ????. Cependant, on prend le rythme et on se pose en tête d'un peloton que nous mènerons sur quelques kilomètres (l'occasion de faire quelques vidéos) avant de les lâcher et de croiser la Croix de Malte quasi seules au monde...

Les montagnes du Cederberg à perte de vue confèrent à ce trail un vrai goût d'aventure qui s'achèvera ce jour-ci à la 10èmeposition.

 

JOUR 2 : Multisport > Aquacross (run&canyoning) / Tir à l'arc / Lancer de hâche / 6 km de canoë nocturne

 

On s'attendait à une journée plus calme et plus « reposante » que la veille mais on a vite remballé nos a prioris...

Les sahariennes sont partagées en 3 groupes qui se succèderont sur les différentes activités de cette matinée : Aquacross / Lancer de haches / Tir à l'arc ; et nous commencerons par le lancer de haches. Epreuve que nous attendions de main ferme car nos 2 séances d'entrainement nous avaient promises à une belle réussite... C'était sans compter une distance un peu aléatoire à la cible (paramètre qui change TOUT) et qui nous a vraiment mises en difficulté avec nos lancers très académiques de bûcheronnes qui avaient bien révisé...mais pas assez pour penser à ajuster d'un petit pas pour changer la donne. Ce n'est pas grave, quasiment tout le monde a subi le même sort.

Chaque hache plantée rapportait un bonus de temps à décompter du chrono de la journée.

On a poursuivi notre matinée « au vert » avec l'aquacross, un sprint de 1,5 km, suivi d'un saut de 4m dans l'eau, un petit aller-retour de natation et hop, on repart dans l'autre sens à pied avec quelques belles bosses à escalader. Nous sommes parties comme des fusées, nous promettant un temps canon pour rattraper nos lancers malheureux mais c'était sans compter une faute de balisage ou une incompréhension de guidage (selon le point de vue). 5min perdues quand nous nous rendons compte que les filles passent par un autre chemin en ayant bénéficié d'une aide qui nous aura échappé ce jour-là...Tant pis, on laissera la 3ème place à d'autres s'acquittant de ce fait de la ..... place.

Et on finit avec le tir à l'arc, épreuve presque posée à flanc de falaise avec dans le dos, les chaînes de montagnes du Parc. Quoi de mieux pour tout mettre dans le mille ???? ! Chaque flèche nous a permis de rattraper un peu nos erreurs passées.

 

Dans l'après-midi, un peu de transport pour rejoindre le lac de ClanWilliam après une visite de l'entreprise Rooibos, célèbre thé sud-africain.

Ce grand lac en forme d'étoile sera le théâtre de 2 épreuves dont celle de ce soir du JOUR 2, le canoë nocturne.

C'est à la frontale que nous avons embarqué sur les canoës gonflables à l'assaut d'un lac démonté par un fort vent de travers...conditions loin d'être idéales avec ces bateaux souples qui ne laissent aucune vague au hasard.

Départ dans le dur pour nous avec une pagaie mal-montée et donc une palette à l'envers. La tâche n'était déjà pas facile mais alors là... On a dû attendre de croiser la route d'un bateau de sécurité pour échanger nos pagaies et reprendre la route mais que ce fut dur...

Parcours simple : contourner plusieurs bouées, en somme un aller retour sur le lac qui laissera de belles images en tête lorsque que nous croiserons les autres équipes sur le chemin du retour, pas avares d'encouragements. Le ballet des frontales ajoutera un peu de magie dans la nuit noire mais aussi quelques frayeurs... A l'approche de l'arrivée, on a failli percer le bateau, frottant les rochers dangereusement bien que situées à une vingtaine de mètres de la berge... de nuit c'est sensations garanties !

Au final, de belles images et une épreuve originale mais dans la douleur (et le noir) alors on passe vite à la suite ????

 

saharienne 2018

 

JOUR 3 : VTT 30km 600 D+/-

Le VTT, notre épreuve, notre jour. Départ du campement en 12ème position comme notre classement au lendemain du jour 2. Le Cederberg nous prête ses pistes comme il l'a fait une semaine plus tôt pour Julien Absalon et Pauline Ferrand-Prevost, venus s'entrainer sur un terrain digne de leur niveau, c'est dire...

Bref, tracé incroyable, beau et super technique, varié et engagé, bravo pour ce parcours !

On alterne des pistes caillouteuses et sableuses, roulantes et techniques... donc on se régale mais ce n'est pas le cas de tout le monde car de multiples crevaisons viennent perturber la progression de beaucoup d'équipes car sans kit de réparations embarqués, il fallait attendre de rejoindre un point de contrôle et des bénévoles pour réparer et repartir.

Nous croisons les doigts, nous sommes épargnées. Et nos VTT le resteront jusqu'au bout.

En effet, nos vélos ont performé mais avec d'autres jambes. En croisant des équipes malheureuses et dont le niveau devait logiquement les mener au podium, nous avons calmé nos velléités de performances et leur avons laissé nos destriers pour finir en beauté. Nous avons donc poussé les VTT jusqu'au prochain stand de réparation (l'occasion de réaliser des vidéos et interviews de plusieurs équipes) où nous avons battu le record de temps de changement de 2 chambres à air...1h au lieu 10/15 min...qui ne sera pas décomptée du temps général malgré les conditions qu'il n'est pas utile de détailler.

Bref, 25 équipes devant nous sur cette épreuve au lieu de 3...et un geste, aussi honorable soit-il, qui nous coûtera le top 10.

Mais la belle fin de l'histoire c'est que les 2 équipes que nous avons aidées, terminent à la 2ème et 7ème place du raid... ! Un effort récompensé par les belles performances des teams Planet Aventurières et SurpreNantes Raideuses.

 

JOUR 4 : Swimrun 10km

 

Un switch dans le programme et nous voilà au départ du swimrun alors qu'il était prévu le dernier jour. Retour au lac de ClanWilliam et une plantation de mangue qui nous ouvre ses portes sur la berge pour les 7 sections de swim de 100 à 250m et les 6 de run de 1 à 3 km qui nous attendent.

Epreuve originale qui n'a pas souvent sa place dans les raids féminins, certainement à cause de sa spécificité et de la composante Nage qui ne s'improvise pas. Finalement, ces 10km ont plu autant qu'ils effrayaient. Une eau à 19°C pour les swim et du sable et coastering pour les run. Un joyeux mélange qui a fait monter les pulses autant que l'eau fraîche les a fait resdescendre et sur un improbable terrain d'accueil.

Béa équipée de sa combi néoprène « shorty » (a eu bien chaud...) a survécu à son premier SwimRun (bien joué les 2 séances de nat avant le départ) !  Juliette a mis de côté son crawl pour soutenir Béa. Nombreux relais en CAP entre les manguiers et belle entraide qui a payé car nous terminons 15e, un résultat inespéré sur le papier au départ.

Tout le monde ira au bout de cette épreuve sans encombre et une superbe ambiance a suivi sous l'arche d'arrivée.

 

saharienne 2018

 

JOUR 5 : Trail dans les dunes 8 km

 

Allez, dernier jour et surtout dernier réveil à 5h15. Mais quel réveil (!) puisque nous avons pu bivouaquer dans les dunes, dans un « milieu de nulle part » incroyable !

Du sable blanc à perte de vue, il fait nuit quand nous arrivons au milieu des dunes avec pour fond d'écran, la lune...

A même le sable sous des toiles tendues et près d'un feu de camp, cette nuit à la belle étoile nous a mises en condition pour le lendemain.

Mais avant de prendre le départ, nous avions rendez-vous dans une école d'Elands Bay pour y rencontrer les enfants et passer un joyeux moment ensemble. Après 1h d'échanges et de danse en guise d'échauffement, le dernier gong de départ a sonné et nous a ouvert les portes sur un premier kilomètre sur route suivi de 7 sur du sable blanc et de belles et grandes dunes ! Et c'est parti pour 1h20 de grimpette à travers ce carré de désert perdu sur la côte Ouest de l'Afrique du Sud.

Des descentes en apesanteur et des guêtres tout à fait inutiles car le sable est si fin qu'il est partout et des montées en escalier pour essayer de trouver les meilleurs appuis. Quelle technique ce sable... !

Pas facile pour Béa ce final, ses chaussures passant de la pointure 37 au 34, le sable s'appropriant le moindre espace. Nous terminons en milieu de peloton avec de belles images plein la tête.

Une épreuve finale réussie et quand la dernière arche est passée, tout le monde a le sourire et les grimaces de la course sont effacées.

 

Soirée finale

 

Retour à Cape Town pour achever en beauté ce 4ème raid La Saharienne lors de d'une soirée où toutes les équipes et les bénévoles ont été mis à l'honneur. Après la surprise et la tentative de reconnaître tout le monde après une semaine passée « en bleue » et en short, cette soirée a permis à tous de se refaire le film et d'en profiter une dernière fois. Enfin, ils n'ont pas encore été cités mais les bénévoles ont été au top, dans tous les domaines et ça fait partie d'un raid réussi alors BRAVO !

 

 

Bilan

Un grand bravo également à l'équipe d'organisation qui a fourni un travail exceptionnel pour permettre un tel événement. Des conditions de vie (hébergement et restauration), aux épreuves en passant par la logistique et les images (vidéo et photo), tout cela a été mené de main de maître et c'est une réussite (la météo aidant... ????)

 

Mais ces raids sont aussi et presque avant tout, une aventure humaine avec de belles rencontres et une formidable ambiance entre toutes les concurrentes qui ne le sont que le temps des épreuves. Entraide, solidarité et partage, c'est aussi ça le quotidien d'une saharienne.

Classement général final 1. Les raideuses 43. 8h56'19 2. Planet Aventurières. 9h09'37 3. Les Aravissantes. 9h10'47 4. Les Sielbleusiennes. 9h35'32 5. Trace team 9h53'54

Endorphinmag

Juliette Duchemin, Dcembre 2018.


Endorphinmag : Facebook Feed

Newsletter Endorphinmag
SAHARIENNE
RAID LA SAHARIENNE
RAID FEMININ
RAID AVENTURE
RAID MULTISPORTS